Liqueur de l'an nouveau... suite...

Publié le par Poudre de Lune

Je te rappelle, cher visiteur, au cas où tu aurais toi aussi des soucis de mémorisation, que j'avais résolu de faire goûter ma petite mixture à mes cobayes collègues... (voir ici le début de cette épopée)
Je me préparai donc, lundi matin, au radard guillerette et impatiente à l'idée de revoir tout ce petit monde.
Comme je te l'ai déjà confié, je ne savais pas combien de mignonnettes je devais emporter, étant donné le nombre de pochtronnes gaies-luronnes qui sévissent travaillent là. Dans le doute, et comme d'habitude en retard soucieuse d'arriver au plus tôt, je les emportai donc toutes, et les jetai précipitamment plaçai délicatement dans mon petit panier, avec les cahiers de mes bienheureux élèves.
Je passe sur la suite des événements, parce que je n'ai pas pour habitude de faire languir mon auditoire avec des longueurs inutiles (et que sommes toutes, le réveil en fanfare des farfadets, la bagarre dans le bain des mêmes farfadets, le bol de lait renversé sur l'un, le deuxième réveil de l'autre qui s'était réinstallé avec sa couverture pour finir sa nuit dans le canapé, le déshabillage-rhabillage de celui qui s'était tout bien habillé de pied en cap... mais en short  -en plein mois de janvier, c'est des coups à me faire mettre les services sociaux aux fesses, ça!; je disais donc que sommes toutes, c'est le train-train, hélas!, quotidien!)
Sur le trajet, mes réflexes hors du commun me permettent d'éviter la collision avec un bolide dont le pilote tâchait de m'empêcher de lui griller la priorité. Résultat: le panier est éjecté du siège où il reposait nonchalemment, et tout le contenu en jaillit et se répand à l'intérieur de notre carosse...
Je propose alors à mes farfadets de jouer à retrouver tout ce qui se trouvait dans le panier au départ... Après 5 minutes de vaines recherches et durant lesquelles les autres usagers de la route me laissèrent spontanément la priorité en dépit du code, malgré la participation active de tous les occupants de la voiture, une mignonnette restait introuvable.
Tu comprendras aisément, cher visiteur, mon soulagement, lorsque l'élève de service de distribution des cahiers a retrouvé la disparue au beau milieu de la pile.
Et je te rassure, elle était bien fermée.
Après avoir expliqué aux enfants qu'il s'agissait du sirop pour la toux de ma lutine, nous avons pu commencer sereinement la première journée de travail de cette année 2010.
A midi, les enfants ont été libérés pour aller déjeuner. Tout comme nous.
Nous, c'est l'équipe des maîtresses.
Sauf qu'on ne s'est pas contentées de déjeuner.
La suite tout à l'heure.




PS: A l'école, aujourd'hui, une nouvelle légende circulait: celle du fantôme à la voiture verte. Il paraîtrait qu'un fantôme hanterait les rues du village, menaçant de tout dévaster sur son passage, s'amusant à effrayer les gens en se rendant invisible au volant, puis en réapparaissant  subitement à grand renfort de cris et de grimaces... Ils ont une imagination, débordante, ces petits...

Publié dans Poudre mitonne...

Commenter cet article

Luna 06/01/2010 13:42


Des vols de mignonettes ! Ca en jète !


Poudre de Lune 06/01/2010 14:09


Voui, madame!


Nanou57 06/01/2010 13:06


j'attends la suite avec impatience, ça ne doit pas être "triste" !
bonne après-midi !
Nanou (Jeanine)


Poudre de Lune 06/01/2010 13:25


Ben si, un peu, justement: mes photos sont loupées!!!


Caro-croisezlesfils 06/01/2010 12:59


Pff!
Tu nous fais languir!


Poudre de Lune 06/01/2010 13:05


Un tout petit peu...